Tenir au protocole ou tenir au terrain : retour sur les premières semaines de recrutement

Grand Débat Transition énergétiqueAprès deux semaines consacrées au recrutement des participants à notre enquête, je vous propose un petit retour réflexif sous forme de « Cher protocole, je t’aime moi non plus« .

La légèreté du ton se veut un mode d’évacuation de la tension que j’ai ressenti ces  derniers jours en réalisant que l’adéquation des moyens aux fins ne se décrète pas lorsque l’on veut étudier les pratiques des populations vulnérables. Mon premier point vous donnera l’impression que j’ai perdu le fil de mon propos puisque je m’intéresserai à des expériences d’enquête antérieures, mais ceci a pour but de restituer les conditions d’émergence du présent protocole d’enquête et d’y porter un regard critique.

Vous avez dit protocole ?

Le terme protocole était étranger à mon écriture scientifique avant que je ne commence il y a un peu plus de deux ans à travailler sur des  projets de recherche incluant les sciences médicales et paramédicales.

J’ai vraiment d’abord cru qu’il s’agissant d’un enjeu de vocabulaire et que je désignais par le terme « méthodologie  » ce que d’autres appelaient protocole. Je me suis rendue compte que l’écart n’était pas là en participant à un projet sur la mobilité des personnes âgées réunissant des psychologues, des médecins, des géographes et des sociologues. Le mot « protocole » renvoyait en psychologie et en médecine à un ensemble de procédures validées par des enquêtes antérieures et permettant ainsi de disposer de points de comparaison dans l’analyse des résultats. J’ai alors prêté au mot l’idée d’une procédure standardisée validée permettant publication par la manière dont étaient obtenus les résultats.

Si l’idée même de cette démarche me semblait exotique c’est parce que durant aussi bien mon apprentissage estudiantin que ma pratique professionnelle, j’ai connu très peu d’enquêtes pour lesquelles les chercheurs mettaient à disposition leur guide d’entretien, leur grille d’observation ou leur questionnaire. En sociologie, il me semble que l’attention se porte plus sur la capacité à  donner une interprétation théorique des résultats que sur la méthodologie qui a permis d’obtenir les dits résultats.

Revenons-en à mon exemple. Dans cette recherche interdisciplinaire sur la mobilité, nous avons du proposer un protocole sociologique. Certains aspects méthodologique ne posaient pas problème à être anticipés.

Nous avons choisi une méthode qualitative car nous savions que :

  1. on ne connaissait pas en amont avec précision les caractéristiques sociologiques de la population d’enquête, il nous fallait donc un peu de mou, une faible directivité,

2. nous souhaitions explorer des représentations et des expériences vécues de mobilité, autrement dit nous souhaitions qualifier les pratiques du point de vue des pratiquants plutôt que de les quantifier et d’en donner les aspects généraux.

Nous savions également que nous disposerions de deux heures par groupe d’enquêtés et qu’une forme collective de recueil des données  était donc la plus appropriée.

Combinant ces deux éléments, nous avons opté pour une entretien collectif semi-directif de 90 minutes, structuré autour de trois thèmes liés à la mobilité. Chaque thème était introduit par une question formalisée visant à être répétée pour chaque entretien ( 4 étaient prévus en tout), ensuite notre protocole faisait mention de relances selon le sens des interventions des enquêtés.

Ce qui a le plus frappé nos collègues lorsque nous avons revu l’ensemble des protocoles, c’est que le notre tenait en moins d’une page alors que d’autres faisaient dix pages ou plus. Prévoir un plus grand nombre de questions dirigées aurait apporté un plus grand gage de sérieux mais n’aurait pas été applicable en conditions réelles  d’enquête, « sur le terrain » comme on dit chez nous.

En préparant la méthodologie d’enquête pour explorer les changements de comportements liés à des « incitations douces » j’ai oublié ces enseignements sur l’impact d’un processus de normalisation sur la qualité des données recueillies via des outils d’enquête. J’ai foncé tête baissée vers le caractère rassurant et légitimant du protocole.

Le protocole ou l’art de dire qu’on a les choses bien en main

Je voulais depuis de nombreux mois conduire une enquête sur les nudges. Mon intérêt vient de mes travaux sur le non-recours aux droits et services publics. J’ai constaté ces dernières années une poussée de dispositifs de contrôle de la décision de l’usager du côté de l’action publique locale. Ainsi un CCAS du Maine et Loire a conditionné l’obtention d’une aide financière au paiement des factures au suivi d’une action éducative en matière d’économies d’énergie. La logique de ce fonctionnement repose sur l’idée que les dettes d’énergie sont liées à de mauvaises décisions de consommation. En cherchant comment les décisions des consommateurs  étaient aujourd’hui orientées  en matière d’énergie j’ai découvert les green nudges.

Je me suis intéressée à ces protocoles visant à 1/ identifier la décision tenue pour la meilleure 2/ s’assurer que cette décision soit prise par les personnes à qui « on » voudrait la voir prendre en leur donnant un coup de coude, un nudge.

Mon attention s’est d’abord centrée sur le « on ». J’ai constaté que les protocoles scindaient l’identification de la décision la meilleure, choisie par l’organisation souhaitant voir adopter un comportement et le test du choix permettant de repérer les biais et leviers qui permettaient d’orienter dans la pratique la décision des individus vers  le choix présélectionné.

J’ai, à partir de là, eu l’idée d’une recherche à tiroirs : interroger le sens et la portée des nudges dans l’action publique tout en questionnant la notion de « bonne » décision et la capacité des personnes vulnérables à raisonner. Je suis partie due l’hypothèse que ce qui est identifié comme une irrationalité individuelle peut relever d’une ensemble de normes et de contraintes sociales qui restreignent les choix des personnes vulnérables.

Pour explorer cette hypothèse, j’ai proposé une méthodologie déviant des nudges existants, mettant l’accent sur la capacité des personnes concernées à identifier les choix qu’elles perçoivent comme souhaitables et à les concrétiser ou non. Autrement dit j’ai enlevé le « on » et je l’ai remplacé par « eux.  Lorsque j’ai émis cette idée, la réflexion que j’ai le plus entendu en retour a été la suivante « c’est pas un nudge si les gens eux-mêmes identifient un « bon comportement » », suivi de « mais comment repérer l’incitation si les gens font tout par eux-mêmes ». Dans ces deux réactions on voit l’idée sous-jacente qu’il existerait deux mondes distincts, celui de la rationalité (je sais quoi faire; je le fais; j’obtiens le résultat attendu) et celui de l’irrationalité (je ne sais pas quoi faire; je fais mal;  j’obtiens un résultat contraire à mes attentes).

J’ai voulu élaborer un protocole qui permette de vérifier ou infirmer ce gouffre en suivant dans leur quotidien un groupe de personnes en difficultés sur le plan de l’accès et du maintien de l’énergie pendant 4 mois.

L’objectif de la première réunion collective est d’identifier collectivement deux ou trois comportements que les personnes souhaiteraient adopter mais qu’elles trouvent difficile à mettre en oeuvre et de les suivre chaque semaine durant le mois en cours pour savoir comment se concrétise ou non cette décision. L’opération est répétée 3 fois ensuite. Les séances collectives sont conçues comme des entretiens collectifs guidés  (elles sont enregistrées et retranscrites), le point téléphonique hebdomadaire est réalisé par le biais d’un questionnaire portant sur la décision, ce qui la fait persister et ce qui l’entrave, soit pour reprendre les termes des théoriciens du nudge : le bon choix, l’incitation et le biais. La principale différence avec la théorie standard est que ce questionnaire mesure aussi l’impact de l’environnement familial, social et économique sur la persistance de la décision.

Je pense que sans ce protocole dont je viens de vous retracer les grandes lignes je n’aurais pas pu réunir une équipe autour du projet et rendre crédible le fait que nous allions recueillir des données susceptibles d’éclairer différemment la prise de décision. Le protocole rend l’enquête explicable à un tiers, elle permet aussi de donner à voir aux interlocuteurs le matériel qu’ils pourront exploiter.

Mais ce type de protocole n’est tenable que si on extrait les gens de leurs conditions de vie réelles. C’est ce que font la plupart des dispositifs de type nudge en sélectionnant pour la phase expérimentale des testeurs rémunérés qui viennent jouer à prendre des décisions dans des conditions de laboratoire. Si l’on veut comprendre comment des personnes vulnérables prennent au quotidien la multitude de décisions qui concourent à boucler les fins de mois et bien le protocole lui-même devient un des éléments d’enquête.

Je vous ai perdu ?

Quelques exemples.

Deux familles vivant dans une commune limitrophe à proximité d’une ligne de tram pouvant les emmener directement au lieu de réunion se sont montrées très anxieuses à l’idée qu’il faudrait sortir du quartier pour participer. Inquiétude confirmée par d’autres ménages dans une autre commune limitrophe et dans la commune du projet. La forme même du protocole, celle qui permet d’assurer reproductibilité et comparaison, demande aux personnes concernées de prendre des décisions qu’elles n’ont jamais prises pour faire des choses qu’elles n’ont jamais faites (prise de parole collective dans un lieu inconnu avec des gens inconnus).

Pour être fiable, ce protocole doit aussi être suivi, d’où son aspect continu sur 4 mois. Cela signifie que les personnes concernées doivent prévoir d’y participer alors même que leur inclusion dans l’enquête tient au fait que l’aléa et l’instabilité font partie de leur quotidien. Par ailleurs cette continuité passe par le contact téléphonique régulier et pose donc la question de la durabilité des lignes de portable qui le plus souvent fonctionnent en prépayé.

 

Ce serait mentir de dire que j’ai découvert ces difficultés durant les deux dernières semaines. Elles ne m’ont pas surprise mais elles m’ont vraiment confronté à l’ambiguïté de ma démarche que j’ai inscrite dans un mode d’enquête qui ne pose pas la question de l’inclusion des personnes concernées, qui prévoit que les personnes s’adaptent à l’enquête et non le contraire.

Je me suis donc de moi-même placée devant la difficulté suivante : ne pas pouvoir changer le protocole au risque de perdre la confiance qu’il a permis d’inspirer; devoir changer de protocole pour pouvoir recueillir les données nécessaires à l’enquête.

J’ai donc décidé de faire les deux.

A suivre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *